Santé : les collectivités qui ont (un peu) voix au chapitre et les autres

Les inégalités de santé ont conduit de nombreux élus locaux et territoriaux à demander plus de compétences pour leurs collectivités en matière sanitaire. 

La préparation de la loi 3DS a suscité leurs espoirs mais n’a au final pas changé la donne. Quel est finalement, aujourd’hui, le rôle des échelons territoriaux en matière de santé ? Les associations d’élus locaux et territoriaux ont mené un lobbying intense dans le cadre de la préparation de la loi 3DS pour amener le gouvernement et le législateur à leur donner plus de latitude en santé, domaine éminemment régalien.

La crise sanitaire de ces deux dernières années a renforcé leurs souhaits de voir les collectivités plus impliquées dans la définition de la stratégie de santé et l’organisation de l’offre de santé, sur leur territoire.

Cela n’a pas vraiment fonctionné : cette loi, de février 2022, n ’a pas étendu de manière significative les prérogatives des collectivités  en matière de santé.

Le principal changement concerne la place des élus locaux dans la gouvernance des Agences régionales de santé.

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email