Départements : 46% des élus déplore le manque de moyens

⌛ D’après une étude de l’IFOP publiée le Lundi 30 novembre, près d’un conseiller départemental sur deux déplore le manque de moyens afin d’agir sur son territoire. Par ailleurs, un quart d’entre eux s’estimant satisfaits de la décentralisation en France.

Les griefs portent principalement sur le manque de moyens d’ agir pour 46 % des conseillers départementaux, constituant ainsi le principal obstacle à l’exercice de leurs fonctions. Cette étude a été menée auprès de 650 conseillères et conseillers départementaux du 28 septembre au 13 octobre 2020.

En France, l’Assemblée des départements de France comprend plus de 4100 conseillers départementaux. Pour un tiers de ceux interrogés (33 %), la lenteur des prises de décision et d’avancement des projets constitue également une difficulté de leur mandat et 27 % d’entre eux émettent le manque d’accompagnement des services du département. Plaçant les services pour les personnes âgées et dépendantes en tête de leurs priorités.

« Ces constats traduisent un paradoxe entre l’étendue de la mission départementale et les freins structurels auxquels sont confrontés les élus dans leur exercice », a réagi le président de l’Assemblée des Départements de France (ADF), Dominique Bussereau.

Fortement mis à contribution dans la gestion de la crise sanitaire,  les « finances des départements ont été impactées par l’explosion des dépenses sociales due à la crise, notamment sur le volet RSA et la réforme de la fiscalité locale, forte centralisation des prises de décision sur les politiques territoriales », a rappelé M. Bussereau.

À la suite du projet de loi fixé en Conseil des Ministres, le décalage des élections départementales et régionales au mois de Juin 2021 en raison de la crise sanitaire, près de 81% des conseillers souhaite renouveler leurs mandats malgré les contraintes vue précédemment.

🔗 Découvrez ici le sondage de l’IFOP.

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email