Immobilier et crise sanitaire : la pénurie d’offre génère une tension sur les prix

🏘️ Depuis le début de la crise sanitaire, le marché résidentiel neuf peine à régénérer son stock d’offre. La conjoncture actuelle amplifie le phénomène. Les ventes, qui avaient déjà reculé d’environ 16% en 2019 par rapport à 2018, chutent de 22% au 1er trimestre 2020, de 54% au 2ème trimestre et de 37,5% au 3ème trimestre 2020.

Sur les neuf premiers mois de 2020, la baisse atteint -40%. En arrêtant les chiffres à fin septembre 2020, seulement 58 539 logements ont été mis en vente depuis le début de l’année 2020 contre 85 694 à la même époque l’année dernière.

Les ventes de biens neuf ont reculées de 19% au 1er trimestre 2020, de 39% au 2ème trimestre et de 15% au 3ème. En septembre, uniquement 71 464 logements ont été vendus depuis le début de l’année 2020 contre 95 666 à la même époque l’année d²ernière.

Avec le manque d’offre, nous pouvons constater une pression sur les prix de vente. Continuant leur progression et sans subir de grosses corrections à moyen terme. A plus long terme, les conséquences économiques pourraient rééquilibrer l’offre et la demande tout contribuant à une stabilisation des prix de ventes.

🔗 Retrouver l’article complet ici.  

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email