Mobilité sociale : une étude présente la situation française

Le saviez-vous ?

Comme on peut le voir dans le rapport de l’OCDE L’ascenseur social en panne ? Comment promouvoir la mobilité sociale (2018) la France contient davantage l’accroissement des inégalités sociales visibles chez beaucoup de nos voisins. En revanche, elle apparaît souvent dans les plus mal classés concernant la reproduction, d’une génération à l’autre, des inégalités existantes.

📊 France Stratégie publie une étude mettant en exergue la situation de la mobilité sociale en France. L’étude travaille sur deux plans : les données factuelles et la perception des français.

Ainsi, si par exemple les Etats-Unis sur-estiment largement la mobilité ascendante des enfants de milieux modestes, c’est exactement l’effet inverse en France.

En ce qui concerne les données factuelles, mesurer l’évolution des revenus selon les générations n’est pas chose aisée. La première raison est le manque de données sur plusieurs décennies. Pour autant, le sujet de la mobilité sociale a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années, notamment par l’OCDE.

Avec la règle de la mobilité ascendante ou descendante, il apparaît qu’environ deux tiers des Français exercent une activité différente de celle de leurs parents. Toutefois, il est évident que les chances d’accès à un revenu élevé et à une position sociale différente des parents sont plus grandes dans les classes sociales supérieures.

En ce qui concerne la position de la France par rapport aux autres pays de l’OCDE, plusieurs travaux se sont attelés à comparer la mobilité des revenus entre pères et fils, soit à partir de l’inertie, soit à partir du lien entre rangs de revenus, au niveau international. Le rapport de l’OCDE de 2018, cité plus haut, a comparé la situation de 26 pays développés, à partir des données sur les enfants observés à l’âge adulte à la fin des années 2000 et situe la France dans les pays à forte inertie (52 %), tout comme l’Allemagne (53 %), soit un niveau beaucoup plus élevé que la Suède (26 %).

🔗 L’étude est à retrouver ici .

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email